SOS Racisme vous invite au festival « Sarajevo sur Seine » !

Bienvenue au festival de la résistance par la culture !

En 1995, dans Sarajevo assiégée et alors que l’épuration ethnique faisait rage en Bosnie-Herzégovine, de jeunes Bosniens décidèrent de résister à l’oppression par et avec la culture.

Ils lancèrent le « Sarajevo Film Festival » pour, malgré la faim, ne pas sombrer dans la folie, malgré la peur, ne pas tomber dans la haine, malgré l’abandon de la communauté internationale, ne pas devenir indifférent au monde, malgré les snipers et la guerre, ne pas laisser le nationalisme l’emporter sur le cosmopolitisme humaniste de la ville.

Toujours porté par ce souffle de résistance civile, le SFF est devenu depuis un grand festival européen, attirant vedettes internationales et films, en particulier documentaires consacrés aux droits de l’homme, d’exceptionnelle qualité.

Grâce à l’action de Youth Initiative for Human Rights, il permet notamment à des jeunes venus de toute la région et d’au-delà de se rencontrer, de débattre, de se cultiver, de s’ouvrir au monde, et de construire ensemble un avenir partagé dans une région encore martyrisée par le nationalisme.

Du 18 au 20 mars, nous projetterons les meilleurs documentaires venus des Balkans consacrés aux droits de l’homme, organiserons des débats avec les réalisateurs et avec les jeunes défenseurs des droits de l’homme venus de toute l’Europe qui ont sélectionné les documentaires et qui vont les présenter au public français.

D’une exploration poétique de la condition des réfugiés en Grèce à la dureté de la vie quotidienne d’un enfant Rom roumain, du combat pour la liberté d’expression avant la révolution roumaine à travers les cassettes VHS à celui d’étudiants macédoniens pour des conditions de vie dignes, en passant par une enquête exclusive sur les crimes de guerre non-punis au Kosovo, le puissant recueil de témoignages de rescapés de Srebrenica ou encore les improbables retrouvailles de camarades de classe bosniens exilés à travers le monde depuis la guerre, c’est un univers de finesse, de beauté, parfois de violence, parfois d’espoir et d’humour, qui toujours interroge notre humanité, qui va ainsi s’offrir aux spectateurs.

PROGRAMME

A lire également

20 ans après Srebrenica, qu’avons-nous appris ?

SOS Racisme vous invite à prendre votre "Passeport pour la fraternité"

1er concert de SOS Racisme à la Concorde : Je suis né à quinze ans c’était le 15 juin 1985